Bah oui en fait, depuis dimanche j'arrête pas de penser à ça. Et même cette aprem en allant à la photocopieuse après l'avoir croisé, je tremblais comme une malade. Me voilà pétrifiée et incapable de laisser paraitre quoi que ce soi, car je ne sais pas faire ça, prendre les devants est mon pire ennemi.
On a beau dire autour de moi que c'est clair, moi je n'arrive pas à y croire. Pour moi c'est pas vrai, illusoire, le temps d'un temps...

C'est dingue cette histoire, moi qui ne le trouvais pas du tout attirant, moi qui n'ai jamais vu en lui autre chose qu'un collègue,qu'un directeur ! qui n'ai jamais cherché à le cotoyer plus que ça... Comme quoi...

Anne, je m'attends à un petit commentaire comique !!! huhuhu

Surexcitée...