La poule n'a pas pondu. Elle croyait, les fermiers aussi. Finalement la poule doit toujours le pondre son oeuf.

Mais la poule sait que cet oeuf ne brisera jamais sa coquille. Cet oeuf sortira, et contiendra du"rien" comme tout ce qui tracasse la poule.

La poule a toujours eu peur du vide.

Alors les fermiers lui viennent en aide, il faut dire qu'elle semble fragile cette jolie petite poule.
Ils ont tenté de la soulager, et de lui faire sortir son oeuf, mais la poule a dressé ses plumes, s'est courbée de douleur et a compris que cet oeuf n'était pas là par hasard.

Un oeuf, rempli de vide...

Les fermiers sont des hommes gentils. Ils préfèrent opter pour des méthodes douces. Alors ils lui prescrivent des petites gouttes. C'est pas très bon, la poule fait la grimace, mais au moins elle ne souffre pas.

La poule attend...
Son oeuf, plein de rien, ne veut toujours pas montrer sa coquille. Alors elle attend, elle sent des choses étranges comme des contractions, des spasme, des gonflements, mais rien.
Elle attend encore.

Alors la poule regarde son coq, qui lui non plus ne dit rien. Il lui tend des chocolats, et la poule, pourtant écoeuré de tout, se jette dessus et les becte sans apprécier leur textures crémeuse et leur goût délicieux. La poule avale, avale et attend encore.

La poule, après une nuit agitée, se sent lourde, se sent triste, et ressent des choses affreuses. Elle se souvient des jours cloisonnées dans sa cabanne, à becter tout et n'importe quoi, sans contrôl. Elle a mal au ventre à cause des chocolats du coq, à cause des gouttes des fermiers. Et elle se dit que finalement, sa vie ne rime pas à grand chose, si ce n'est qu'à un oeuf vide.