L'attente a un goût atroce. Un parfum qui vous coupe le souffle et vous empêche de respirer.

J'ai passer une bonne soirée hier en compagnie de ma petite poulette. Elle respirait la joie, la fraicheur, l'innocence et l'envie. je suis rentrée nostalgique, j'ai même retrouvé un mini sourire.

Puis ce matin a ressemblé au précédent. les yeux lourds, les traits tirés, le teint pâle. Et les larmes incontrolables. Elles sont bien là ces larmes. Elles sont là et j'ignore pourquoi. ma tête grouille de pensées négatives, tout s'achève en défaites dans mes idées.

Alors je n'arrive à rien faire. Sortir du lit, me doucher, préparer le café, rien que ça me demande un effort considérable.

L'homme est perplexe. Il dit "je sais que c'est pas ta faute, mais je déteste quand t'es comme ça, ça m'énerve". Et moi je ne sais même pas quoi répondre, je ne sais que faire pour améliorer la situation. Je lui réponds que j'ai conscience de sa présence et que rien que ça, ça me réconforte. Je voudrais profiter de nos vacances, ne pas gâcher les siennes, mais je n'y arrive pas du tout.

Je n'ai pas envie d'aller me promener, alors que le soleil vient de m'ouvrir ses bras. je n'ai pas envie d'un cadeau d'anniversaire, ça me fait chier.

Ah oui c'est mon anniversaire. je me souviens de l'ancien, que j'ai passé à ingurgiter et à vomir.

Non là je ne fait pas de crise. J'attends.

Je ne sais pas ce que j'attends. peut-être une fin à cette triste période, j'attends de dormir profondément pour ne rien ressentir.

La vie était si belle il y a peu. Les chutes sont toujours quelques part à nous surprendre et à nous enchaîner en serrant de plus en plus fort...