Remplir du vide

23 novembre 2012

j'aimerais vous dire

MERCI

pour toutes vos démonstrations affectives, votre soutien moral…

J'aimerais vous dire que je serai de retour demain…

J'aimerais vous dire que vos mots ont comblés mes maux.

J'aimerais vous expliquer que la dépression est loin d'être facile à gérer, que l'on a beau s'en donner les moyens, il y a des fois ou c'est très dur.

A vous tous, mes élèves, je vous souhaite de ne jamais la connaître, de ne jamais la frôler...

A très bientôt, je l'espère, du fond du coeur...

Posté par Missbulles à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 octobre 2012

prémonition

C'est une jeune femme adorable. Elle est belle, talentueuse, adorable... j'adore partager des choses avec elle, l'écouter, rire, créer... C'est une amie en qui je crois plus que tout. Une amie qui sait tout de moi, qui ne m'a jamais jugée. Une amie depuis le lycée... C'est la seule qui m'a encouragée quand j'ai décidé d'aménager chez mon homme au bout de 15 jours d'amour... C'est la seule qui a sauté de joie quand je lui ai annoncé mon mariage au bout d'un an... C'est la seule qui a suivit ma grossesse, qui s'est inquiété de tout, qui m'a rassurée... C'est la seule qui accepte cette vie d'adulte, qui s'y intéresse, qui a envie de me rendre visite malgré mon fils; Les autres préfèrent me retrouver "moi" et pas "nous"...

Et elle m'a envoyé un message. Un message d'inquiétude. Elle aurait rêvé de moi. Un rêve qui l'a effrayé. Elle me l'a écris ce rêve. Et ce rêve c'est tout à fait la situation actuelle; Elle a rêvé de vce qui me pourri la vie, de ce combat que je mène chaque jour, de cette vie que je subis...

Je tombe des nues. Y'a t il des anges qui veillent sur nous, réellement ? Pourquoi a telle rêvé exactement de ce que je vis ? Pourquoi a t elle senti qu'il fallait s'en inquiéter ?


Je n'ai fait que lui répondre que ce rêve lui ressemblait parfaitement... Et elle a compris... Et elle me dit ce que tout le monde dirait... Je sais, j'ai tout pour être heureuse... Certes... Néanmoins, je suis maintenant persuadée qu'on ne choisit pas forcément d'être malheureux. Il y a peut être un neurone ou un truc la haut dans le cerveau qui fait que vous aurez toujours besoin d'un substitut pour survire...


Alors voilà là maintenant j'aimerais qu'on me gave de médocs, qu'on me force à dormir et qu'on me foute la paix.

 

C'est grave, mais c'est comme ça.

Posté par Missbulles à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 octobre 2012

faux semblant

je parais juste ce que j'aimerais être...

Ou pas, peut-être qu'on me voit vraiment, allez savoir...

Posté par Missbulles à 22:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 septembre 2012

Dépression

Je me demandais, pensez-vous qu'on guérisse vraiment de la dépression ?

On traverse des états dépressifs, où les médocs sont indispensables, puis on s'en sort, on se demande même comment c'est possible d'en être arrivé là...

Mais parfois ça revient sans qu'on s'y attende, alors qu'on a tout pour être heureux.

Sincérement, existe-t-il une issue à cette putain de maladie de merde ?

Est qu'un jour on peut dire qu'on s'en est sorti, mais que cette fois c'est pour de bon ???

Posté par Missbulles à 14:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2011

De retour

Suite à la demande de l'une d'entre vous, je viens donner quelques nouvelles.

 

La vie a bien changé pour moi. J'aimerais que cela soit lu par toutes celles qui ont l'impression qu'elles ne pourront jamais sortir des troubles alimentaires.

Je ne souffre plus de "TAC", je mange à ma faim, je me fais plaisir. Je me suis marié et j'ai un adorable bébé de trois mois. Mes débuts de mamans ont été chaotiques : un bébé qui pleure beaucoup, des nuits quasi blanches, la retombée subite des hormones, un allaitement difficile... J'ai senti que j'étais beaucoup  trop fragile et j'ai préféré opter pour un soutien médicamenteux afin de ne pas sombrer (trop peur du passé...) ET j'ai bien fait ! Je profite enfin de mon bébé et de ma nouvelle vie. Je suis heureuse et fière de ne plus être l'esclave de mon assiète. Je me demande même comment ça a pu m'arriver, j'ai l'impression que c'est une vie antérieure... J'espère sincérement pouvoir donner un peu d'espoir à toutes les personnes qui ont la tête dans la cuvette et se décompose de jours en jours...

 

Je ne sais pas si j'écrirai encore. L'inspiration venait de la nécessité d'expulser cette boule au ventre. Là je n'ai rien envie de dire, si ce n'est que la vie est belle :)

Posté par Missbulles à 21:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


29 avril 2009

assomée

Le traitement m'apaise déjà. Par contre je suis fatiguée comme jamais, si je pouvais je passerais mes journées au lit !
Vivement ce soir qu'on se couche...

Posté par Missbulles à 10:57 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

25 avril 2009

merci mon homme

J'ai de la chance, de l'avoir à mes côtés.
Il voit qu'il y a un pb, et cherche quoi faire.
Mercredi, j'entre dans son bureau avant d'aller bosser, et il se met à me parler, à me dire qu'il faut que je prenne soin de moi. Et je pleure. Je pleure enfin. On prend rendez-vous chez le médecin.
J'arrive chez le toubib le lendemain, et il ne se prive pas de me dire que j'ai une salle t^te. D'ailleurs tout le monde me le dit, ça fait peur...
On parle. Mon homme est à mes côté, il parle aussi au médecin, voyant que je n'arrive pas à dire mon mal être.
Bref, c'est reparti pour un traitement. Le précédent à été stoppé trop tôt, parce que j'étais euphorique grâce à ma relation, on s'est dit que je pouvais l'arrêter, mais c'était une belle erreur. Alors on recommence, et cette fois on ne se fera pas avoir, on ira au bout des six mois de traitement.
Je dois m'habituer à ces anti dépresseurs, je suis fatiguée, j'ai pas d'énergie, mais je sais qu'il y a un temps d'adaptation. C'est pour mon bien...

Posté par Missbulles à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2009

C'est terrible de se réveiller le matin en appréhendant d'avance la journée, de subir la mollesse d'un corps inerte, de sentir la boule au ventre, et d'ignorer pourquoi on se retrouve dans cet état macabre. C'est terrible de ne pas savoir quoi répondre à l'homme de votre vie quand il demande aimant "mais qu'est-ce qu'il ne va pas ??"
Culpabilité, angoisse, fatigue, dégout, peur. J'ai peur.

Posté par Missbulles à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 avril 2009

Rien de nouveau

Les vacances m'ont fait du bien, mais la rentrée à peine commencé, et me revoilà dans cet état... J'en ai marre.

Posté par Missbulles à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2009

Sous un visage tiré, cerné, tombant, le regard sombre, les yeux en lutte pour rester ouverts, le corps lourd et pantouflard, je me suis perdue.

Je n'arrive plus à trouver l'énergie, le sourire, la joie. Même la tristesse, je ne la ressens  pas. Ma libido est largement en dessous de zéro.

Je ne sais pas quoi faire. Il y a cette boule dans mon ventre, qui parfois remonte dans le larynx et me coupe l'appétit. Il ya cette fatigue qui me pèse et me rend faible pour tout, même prendre une douche est difficile. Il y a ces larmes qui s'amassent derrière mes yeux et me tapent dans le front, mais elles ne sortent que par petites gouttes péniblement.

Il y a le monde qui m'entoure, qui me salue et anodinement me demande "ça va ?", juste par politesse et par habitude, et moi j'ai envie de hurler "non ça va pas". Alors j'esquive un petit sourire en répondant "les vacances vont faire du bien, je suis fatiguée".

Il y a mon amour. Comme tout spectateur, il ne peut que me transmettre son énergie. A moi de la prendre. Mais je n'y arrive même pas. Jusqu'à ce qu'il s'énerve et me rappelle qu'il ne peut pas m'accompagner la dedans, que c'est impossible. C'est là que ces quelques gouttes se faufilent timidement sous mon visage, honteuses d'être sorties de mon corps, elle ont hâtes d'être balayées par un mouchoir.

Il y a mon travail, pourtant un si beau travail... Et moi je le subis progressivement.
Il y a les projets de vacances. ET je ne peux pas dire, "non putain de merde, j'ai pas envie d'aller au parc d'attraction, ni en week end chez eux, ni au concert de bidule, et encore moins chez les parents ! Je veux juste dormir, vas-y toi, moi je me repose..." Je ne peux pas dire ça, je me sentirais encore plus mal !

Le cercle infernal. je sais que les troubles alimentaires étaient salvateurs. Ils ne le sont plus, mais le problème de fond n'est pas réglé. Je suis bien trop fragile. Les échecs m'effondrent, au lieux de me faire évoluer. Peut-être que sans oeuf, la poule aurait continué à picorer naïvement. Ou peut-être qu'elle n'aimera jamais vraiment la vie, tout simplement.

Posté par Missbulles à 15:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]