Finalement, on est seul on monde. Une mère nous offre la vie, et après, on est seul à se battre contre sois-même pour vouloir apprécier cette vie et faire en sorte que ça marche.
On s'appuie sur l'amour familial qui tôt ou tard se casse la gueule. On s'appuie sur les amis, qui, on s'en aperçoit en vieillissant, sont rares. Et même s'ils sont là, leur présence physique disparaît discrètement parce que eux aussi essaient de vivre leur vie. Ça j'ai mis du temps à l'admettre. Maintenant je comprends mieux.
Les bulles me manquent. Ils taffent de leur côté ce que je n'ai pas pu accepter à cause de mes cours. Et la seule tendresse partagée ces derniers temps s'est résumée à un salue de théâtre, il y a un mois ? Depuis pas de news, sauf pour le taf, de temps à autres... Ils vivent, essaie d'assumer, appart, amour, famille, toc, dépression...
Les filles me manquent. On s'est promis un repas resto par mois ! Le tout est de s'y tenir ! Je ne sais pas si on pourra, mais ce moment me semble vital, et tellement libérateur. On rit comme jamais, on se raconte tout, on pleure aussi. On se croirait dans sex and the city ! huhu, on se marre. Mais chacune tente d'évoluer, et petit à petit, on se contente de se dire vivement la prochaine !!!!
Maria me manque déjà ! Faut dire elle se trouve à l'autre bout du monde !
Les maluma me manquent, toutes cette énergie commune et féminine dans nos harmonie, ces fous rire en fin de répèt... Pfiu...
Gene me manque, toujours prête à partager sa vie, ses émotions, son passé, son énergie, ses humeur.
"Elle" me manque, mais elle ne voudra pas y croire.

Finalement, on a tous grandi. C'est fini les "je m'ennuie, tu fais quoi ?". On a des soucis, du tafs, des loyers, des responsabilités, des peines...

MAIS y a ma bulle !!!! (pathétique hein ?) Elle me suit partout ! Roupie sur l'ordi au moment même ou je tape, tente de me piquer ma tartine tous les matins, m'escalade le dos quand je rentre à la maison et dort entre nous deux, à tel point que l'homme serait presque jaloux !!Photo_42

HUhuhuhu